Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 12:39

 

AA04513

Océan : masse d'eau occupant à peu près les deux tiers d'un monde destiné à l'homme - lequel est dépourvu de branchies.

Ambrose Bierce

 

AA10894

Quilles, voiles et mâts, roues de gouvernail, cordages, cheminées de steamers, hélices, hunes, flammes claquant aux vents, drosses, écoutilles, chaudières, collecteurs, soupapes, dégringolez en moi en vrac, en tas, en désordre, comme un tiroir renversé sur le sol!

Fernando Pessoa

 

AA09750Mer : N'a pas de fond. Image de l'infini. Donne de grandes pensées. Au bord de la mer il faut  toujours avoir une longue-vue. Quand on la contemple, toujours dire : "Que d'eau! Que d'eau!"

Gustave Flaubert



AA04235

Les âmes sont des navires dont Dieu est le capitaine. Il leur faut de l'intrépidité pour courir les aventures qu'il leur propose.

Léo-Paul Desrosiers

 

AA02529

J'aime la mer et j'aime être en mer. J'aime partir, larguer l'amarre et passer les feux; j'aime naviguer, voir le vent tourner, la brise adonner, le ciel changer, la mer se former et se déformer; j'aime le bouillon chaud dans le thermos au pied du barreur et l'étoile qu'on prend, un temps, pour cap la nuit entre haban et galhauban...

Jean-François Deniau

 

AA07179

L'amour qu'inspirent les navires diffère profondément de celui que les hommes ressentent pour toute autre oeuvre de leurs mains - l'amour qu'ils portent à leurs demeures, par exemple - en ce qu'il n'est pas entaché par l'orgueil de la possession.

Joseph Conrad

 

AA01321

Grande mer, toujours labourée, toujours vierge, ma religion avec la nuit!

Albert Camus

 

AA01035Grand délice que celui de noyer son regard dans l'immensité du ciel et de la mer! Solitude, silence, incomparable chasteté de l'azur!

Charles Baudelaire

 

AA12537

Je rêve d'un soir rouge d'or, et d'un lougre hindou qui s'endort : - Siffle la brise... eh toi! créole.

Paul-Jean Toulet

 

AA00673Nous sommes là tous deux comme devant la mer sous l'avance saline des souvenirs.

Jules Supervielle

 

AA01025

Les taches innombrables du plancton se dissolvaient dans l'éclat du soleil à son zénith; le vieux ne voyait plus que les irisations profondes sous l'eau violette et ses lignes qui descendaient tout droit dans la mer. Il y avait mille mètres de fond.

Ernest Hemingway

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Plisson
commenter cet article

commentaires

Nicoledelap 30/04/2010 22:35


1ère photo saisissante & impressionnante, ensuite, mélange de couleurs, contrastes, ombres chinoises, transparence........ Superbe reportage......(tjrs accueilli avec plaisir), accompagné de
très belles citations & d'une mélodie, chaque fois différente. MERCI M. PLISSON - Nicole