Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 19:20

 Les images en boucles depuis vendredi sur le Japon ont réveillé chez Philip des souvenirs douloureux de ce mois de janvier 2005 au cours duquel le monde entier avait été touché par les images du Tsunami en Indonésie. Philip  qui, huit jours après le sinistre, avait passé deux semaines dans la région d'Aceh, en Indonésie était revenu avec ses images et ses mots.

Le Tsunami en Indonésie, 220 000 morts, un peintre de la marine témoigne.

"Témoigner, c'est le rôle, la mission et le devoir du Corps des Peintres de la Marine".  Aussi, lorsque le SIRPA me proposa de rejoindre la "Jeanne" au Sri Lanka en compagnie de Jean-François Deniau, j'avais répondu "présent". Comme tout le monde,  depuis le 26 décembre, j'avais, à travers les médias, pu prendre conscience de cette catastrophe. Jamais je n'aurais imaginé que sur le terrain, ce drame était d'une dimension aussi inhumaine.

 Les premiers jours, nous étions seulement autorisés, par le gouvernement indonésien, à faire des reconnaissances aériennes sans pouvoir nous poser. Nous avons pu en suite héliporter des vivres et de l'eau à des villages qui n'avaient reçu aucun secours depuis le 26 décembre.

 

Ces images existent pour ne pas oublier, et pour penser à celles et ceux qui depuis 3 jours vivent dans ce chaos.

 

TSUNAMI 2005 - 001Première mission héliportée. Après deux jours de survol pour repérage, le gouvernement indonésien nous autorise enfin à distribuer de l’eau et des vivres dans les villages inaccessibles qui n’ont vu aucun secours depuis le 26 décembre.

TSUNAMI 2005 - 002

  Photo : Stéphane Dugast

TSUNAMI 2005 - 003 Premier Décollage pour l'opération Béryx

TSUNAMI 2005 - 004

 

TSUNAMI 2005 - 005

Le 4 janvier 2005, la Jeanne d’Arc et le Georges Leygues appareillaient de Djibouti, à destination du nord de l'Indonésie, avec à leur bord 5 tonnes de médicaments, 80.000 litres d ’eau et 6.000 rations de combat pour venir en aide aux victimes.

TSUNAMI 2005 - 006

 

                                TSUNAMI 2005 - 007  TSUNAMI 2005 - 008

  Jean-François Deniau est à bord avec moi  lors de ce premier vol.

Le silence en dit long sur notre état d'esprit!

TSUNAMI 2005 - 009

Trois semaines après le passage de la vague, l’eau ne s’est toujours pas retirée.

TSUNAMI 2005 - 010

  Nous approchons d'un village, ou de ce qu'il en reste...

TSUNAMI 2005 - 011

 

TSUNAMI 2005 - 012

Nous allons nous poser sur une ancienne route, à proximité du village, pour assurer la sécurité et prévenir les populations de l’arrivée d’un hélicoptère Puma

TSUNAMI 2005 - 013

 

TSUNAMI 2005 - 014

 

TSUNAMI 2005 - 015

 

TSUNAMI 2005 - 016

  A peine l'hélicoptère posé, la population se dirige vers nous!

TSUNAMI 2005 - 017

  Un signe international : le besoin d'eau potable!

TSUNAMI 2005 - 018

  Photo : Stéphane Dugast

TSUNAMI 2005 - 019

Nous découvrons une population particulièrement disciplinée et attentive au discours du jeune Enseigne de Vaisseau.  

TSUNAMI 2005 - 020

 

TSUNAMI 2005 - 021

 

TSUNAMI 2005 - 022

 

TSUNAMI 2005 - 023

  La distribution se passe dans le silence et l’ordre.

TSUNAMI 2005 - 024

  L'eau qui a tout détruit, mais aussi l'eau sans laquelle la vie n'est plus possible!

TSUNAMI 2005 - 025

 

TSUNAMI 2005 - 026

 

TSUNAMI 2005 - 027

Nous prenons alors conscience que ce village, a l’origine de 700 habitants, ne compte plus que 150 âmes, dont de très nombreux orphelins.

TSUNAMI 2005 - 028

  Enfin l'eau!

      TSUNAMI 2005 - 029 TSUNAMI 2005 - 031

      TSUNAMI 2005 - 030

Ces enfants sont muets, agars et incapables de transporter les vivres et l’eau que nous leur offrons

TSUNAMI 2005 - 033

  D'autres par contre retouvent les forces de s'amuser...

TSUNAMI 2005 - 035

 

TSUNAMI 2005 - 036

  Le temps est venu de faire le bilan, sans trop savoir comment commencer...

TSUNAMI 2005 - 037

  La richesse de cet homme : un vélo pour se déplacer et quelques objets récupérés...

TSUNAMI 2005 - 038

 

TSUNAMI 2005 - 039

Ils sont nombreux malgré tout à s'activer sur les trottoirs

TSUNAMI 2005 - 040

On  nettoie et on balaye quand cela est possible. Sur les pas de porte, on tente de  récupérer  des  objets  dans ce mélange de  gravas, de boues, de béton et de bois.  

TSUNAMI 2005 - 041

 

TSUNAMI 2005 - 042

  Autour,  tout n'est  que  ruines.

TSUNAMI 2005 - 044

À toute vitesse, des ambulances roulent le long de ces rues et avenues dévastées. À leur bord, des hommes au nez et à la bouche masqués pour supporter les odeurs. De temps en temps, une de ces ambulances s'arrête afin d'embarquer des cadavres déposés le long de la route.

TSUNAMI 2005 - 045

 

TSUNAMI 2005 - 046

 

TSUNAMI 2005 - 047

 

TSUNAMI 2005 - 048

Déployés au large de la côte sinistrée par le tsunami, les marins de la Jeanne d'Arc et du Georges Leygues vont tour à tour débarquer dans cette ville de Meulaboh qui n'en finit pas de panser ses plaies.

TSUNAMI 2005 - 049

  La plupart des façades sont éventrées. Les rez-de-chaussée dévastés

TSUNAMI 2005 - 050

 

TSUNAMI 2005 - 051

 

TSUNAMI 2005 - 052

Le village de Gleebruk, dans la banlieue d’Aceh a été totalement aspiré. Il ne reste plus que la mosquée dont la pendule s’est arrêtée à 08h26.


TSUNAMI 2005 - 053

 

TSUNAMI-2005---054-copie-1.jpgAucune trace de vie, pire encore, aucune trace de matériaux de construction. La mer est repartie avec la mémoire de ce village.

TSUNAMI 2005 - 055

Vue de l'hélicoptère Puma, il ne reste plus rien ou presque. Quelques habitations en dur. Autour, c'est un véritable champ de ruines. Comme après un bombardement. 

TSUNAMI 2005 - 057

 

TSUNAMI 2005 - 058

Au moins 228.429 personnes ont trouvé la mort ou seront portées disparues et présumées mortes dans le nord de l'île indonésienne de Sumatra entre Ahcé et Meulabo.

TSUNAMI 2005 - 059


TSUNAMI 2005 - 060

 

TSUNAMI 2005 - 061

  Les mots ne pourront jamais être à la hauteur de la réalité!

TSUNAMI 2005 - 067

On estime à 4000 bateaux de pêche détruits ou disparus tout au long de cette côte et c'est certainement le premier problème à résoudre: reconstruire rapidement une flotte de pêche, première activité économique de cette région.     

TSUNAMI 2005 - 068

 

TSUNAMI 2005 - 070

 

TSUNAMI 2005 - 071

 

TSUNAMI 2005 - 073

 

TSUNAMI 2005 - 075

Après avoir survolé 400 kilomètres de trait de côte dans la province d'Aceh, entre Banda Aceh et Meulaboh, j'ai compris qu'il ne restait plus, sur une bande d'un kilomètre au minimum, que quelques vivants et des morts.

TSUNAMI 2005 - 076

 

TSUNAMI 2005 - 079

 

TSUNAMI 2005 - 082

 

TSUNAMI 2005 - 083

 

TSUNAMI 2005 - 084

L'image la plus forte, c'est ce village près de Banda Aceh où, seule, la mosquée a résisté au tsunami.Plus aucune trace de vie, plus aucune trace du passé, la mer s'est transformée en un gigantesque aspirateur.

TSUNAMI 2005 - 085

 

TSUNAMI 2005 - 086

Aéroport de Banda Aceh: un pont aérien humanitaire 24/24h.

TSUNAMI 2005 - 087

  L'aide humanitaire, qu'elle soit militaire ou civile, nous fait croire que malgré tout l'Homme peut se surpasser et partager, sans tenir compte de ses origines, croyances, ou religions...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philip Plisson
commenter cet article

commentaires

N. Kressmann 15/03/2011 11:58


Superbe reportage, très émouvant ...


Nicoldelap 13/03/2011 15:48


Moments & images inoubliables........... Quelle tristesse............. & dire qu'aujourd'hui nous revoyons les mêmes scènes apocalyptiques, (nous, bienheureux Français, qui nous plaignons
tjrs...........) Je ne peux m'empêcher de penser à ts ces pauvres gens qui souffrent, qui on tt perdu & qui sont morts....... Puissions-nous être protégés d'un tel cataclysme..... ! Sachons
rester humbles & pensons que nous sommes un petit "pas grand chose" dans l'Univers....... J'imagine que l'on ne revient pas indemne d'un pareil reportage........ Un devoir de mémoire en voyant
ces terribles photos, grâce à vous. Merci M. PLISSON & à bientôt. Nicole :)


LE BOLLOC H Jacqueline 13/03/2011 14:25


Merci pour cette mémoire qui grâce à toi Philip ne s'éteindra pas.
Trop émouvant et dans ces temps tourmentés en Asie, merci à des hommes comme toi qui porte un regard autre que ceux des médias.
continues à nous émerveiller par ta sensibilité
jacqueline LE BOLLO CH